Entrepreneur, ça rime avec erreurs…

Tout le monde le dit : pour réussir, il faut se planter, prendre conscience de ce qui n’a pas fonctionné et repartir de plus belle avec plus de bagage. Maintenant que mon entreprise est lancée, le titre de ce blog va logiquement changer et je me suis dit que partager mes erreurs d’entrepreneur serait une bonne ligne directrice. J’espère qu’elle vous permettra de ne pas reproduire mes égarements pour atteindre plus vite la gloire et la richesse intersidérale que vous recherchez forcément en tant qu’entrepreneur (…) !

On commence tout de suite avec :

Croire un beau parleur… sur parole.

Rentrant des USA (où j’ai créé MoveeGo) pour les Pays-Bas, l’essentiel de mes affaires personnelles font le voyage en bateau. Mon stock de produits étant trop important pour voyager dans l’avion avec nous, une partie ira donc dans le container. Comme préconisé par un forum spécialisé, j’ai fait venir plusieurs sociétés de déménagement pour comparer et choisir celle qui inspire le plus confiance. L’une d’entre elle sort du lot, le commercial connait bien son affaire, le type est pro-actif et l’entreprise a une bonne réputation. Le transport devrait mettre environ 6 semaines.

A partir de là, je calcule le stock à emmener avec moi et mets le reste dans le container. Les documents d’entreprise et l’ordinateur iront aussi sur le bateau. Tout devrait arriver vers le 15 septembre, parfait pour relancer le petit business aux Pays-Bas.

Selon le commercial (et les autres disaient pareil…), il est impossible de d’indiquer une date précise sur le contrat tant les aléas sont nombreux. Ayant confiance en les dire du commercial (je l’avais bien testé !), j’ai naturellement organisé mon déménagement d’entreprise sur son estimation de 6 semaines.

Résultat des courses… le bateau partira avec 1 mois de retard, arrivera certainement avec 1 mois et demi de plus que la durée initialement prévue. Le commercial ne donne plus signe de vie, ne peut être contacté directement et ses collègues bottent en touche.
Les conséquences pour MoveeGo sont lourdes : rupture de stock sur tous les produits pendant près de 2 mois, pas de documents papier et pas d’ordinateur pour monter les vidéos mettant en scène les produits MoveeGo. Quand on démarre et que sa réputation reste à faire, c’est problématique.

Conclusion : conforté par les autres estimations qui annonçaient également 6 semaines de transport mais surtout par la tchatche documentée du commercial, je n’ai pas suivi la règle la plus élémentaire du monde professionnel :

Seul ce qui est écrit est acquis

Dans le doute, j’aurais dû choisir l’option sécurisée d’envoyer un colis par transporteur (FedEx ou UPS) avec le matériel pro pour être assuré de pouvoir assurer la transition du déménagement.

Et vous ? Avez-vous eu une mauvaise expérience à cause d’une information qui n’était pas écrite noir sur blanc ?

Tags: , , , ,

23 Responses to “Entrepreneur, ça rime avec erreurs…”

  1. Robin 25 septembre 2012 at 4 h 28 min #

    Bel exemple de plan galère tien 🙂

    Après, ce type d’erreur ne porte pas trop à conséquence, si ce n’est en termes d’inconfort.. Mais on y apprend toujours effectivement de petites choses fortes utiles pour ne pas se faire avoir une deuxième fois…

    • SLepoutre 25 septembre 2012 at 4 h 51 min #

      Rien de dramatique bien sûr, mais au moment de relancer un business dans un nouveau pays avec tout ce que cela implique, c’est une galère dont je me serais bien passé !

      • Robin 25 septembre 2012 at 5 h 03 min #

        ça, je l’imagine sans problème 😀

  2. Guillaume de komment devenir riche 25 septembre 2012 at 11 h 18 min #

    Oula dur ce qui t’arrive !! Je n’ai pas souvenir de choses comme ca qui me sont arrivées mais je sais que j’ai eu par le passé des expériences décevantes ou comme toi j’ai cru à la bonne parole d’un commercial.

    Depuis dès que l’enjeu est “important”, effectivement, je fais tout signer !!

    • SLepoutre 16 octobre 2012 at 23 h 53 min #

      Dans le cas présent, pas possible de faire signer un engagement sur les délais… Mais cela n’oblige pas à faire confiance aux belles paroles non plus.

  3. Sophie 29 septembre 2012 at 12 h 22 min #

    Il n’y a que ceux qui ne font rien qui ne font pas d’erreurs :-p
    Faire confiance permet d’avancer, de faire des découvertes… La prochaine fois je suis sure que tu auras un plan B voire un plan C. 🙂 Bon courage pour faire face à cette péripétie!

    • SLepoutre 16 octobre 2012 at 23 h 55 min #

      Très juste ! Il y a beaucoup de situations où il est nécessaire de faire confiance. On ne peut pas être suspicieux de tout, naturellement, surtout avec l’optimisme qui caractérise un entrepreneur.
      Mais comme tu dis, un plan B ou C aurait été une bonne idée !
      On ne m’y reprendra plus !

  4. Florine 2 octobre 2012 at 14 h 36 min #

    Pour une galère, c’est une galère. Et comment tu as fais alors ?

    • SLepoutre 16 octobre 2012 at 23 h 58 min #

      Eh bien, je fais patienter les clients. Le discours à tenir est d’ailleurs discutable. Je jouais dans un premier temps la totale transparence et cela m’a joué des tours (voir un prochain article d’erreur d’entrepreneur…). Je parle maintenant de rupture de stock sur certaines pièces, ce qui est la vérité, mais évite de rentrer trop dans les détails d’un déménagement foireux qui ne concerne pas les clients.

  5. olivier@entreprendre 5 octobre 2012 at 8 h 11 min #

    Arghh !
    bon on va dire que çà te laisse le temps pour t’occuper de la “paperasse” de ton installation …
    dailleurs, tu as fait quoi ?
    tu as arrété la société aux USA pr en refaire une aux Pays Bas ?
    Peut être que tu l’as dit mais j’ai pas tout suivi ..

    • SLepoutre 17 octobre 2012 at 0 h 13 min #

      Non, pour l’instant, ma société est toujours domiciliée aux USA, mais je vais probablement en créer une soit aux Pays-Bas, soit en France (ne sachant pas pour combien de temps nous sommes ici et vu qu’on essaie de rentrer en France…).

      Il faut que j’étudie les différentes possibilités donc (et fiscalités aussi !)

  6. Cédric Labeau 20 octobre 2012 at 13 h 47 min #

    Je viens de voir ton article;)

    Des erreurs, on en fait tous! D’ailleurs on continue d’en faire même avec plus d’expérience…
    S’il y a bien un truc que j’ai appris au fil du temps, c’est qu’il faut être parano 🙂 On rencontre tellement de mythomanes dans le business que ça en devient lassant.
    En tout cas, le principal c’est que tu as l’intelligence de reconnaitre tes erreurs. C’est ce qui différencie les entrepreneurs à succès de ceux qui se plantent sans cesse;)
    Bon courage!

    • Sylvain Lepoutre 21 octobre 2012 at 2 h 07 min #

      Merci pour ton message.
      Les erreurs font progresser, c’est sûr, ne serait-ce que parce que l’on est obligé de trouver une parade pour rattraper le coup.

      Bon, j’y retourne, j’ai plein d’autres erreurs à commettre aujourd’hui !

  7. fournisseur 21 octobre 2012 at 15 h 05 min #

    Et encore! Tu n’a encore rien vue jeune padawan. J’en suis a ma 3éme creation d’entreprises (oui je m’accroche a 38ans) a chaque fois, la raison d’échec était différentes, trop long à raconter! mais sache que tu dois marcher sur des œufs et ne faire confiance à… rien ni personne! Même si tout est écrit noir sur blanc!
    Pour se rassurer, je me cite la parole d’un célèbre homme d’affaire très riche (rothschild) qui a dit: “je ne m’associe jamais avec une personne qui n’a pas fait faillite au moins 2 fois!” .. a méditer!

    cordialement

    • SLepoutre 21 octobre 2012 at 15 h 17 min #

      Eh oui, le chemin est encore long, mais l’essentiel n’est-il pas de tirer profit de telles situations pour de futures expériences ?
      En tous les cas, chaque obstacle surmonté me conforte dans l’idée que je suis à ma place dans l’entrepreneuriat.

      • fournisseur 22 octobre 2012 at 0 h 54 min #

        Je vais dans ton sens, et je rajoute ceci: mon expérience vaut de l’or! Et même si je ne sort pas d’une grande école, je peux dire que je n’échangerai pas mon expérience contre un beau et gros diplôme. Après avoir eu la bougeotte (vécu en Chine (Shanghai) pour vivre le business, puis vivant actuellement en UK) pour encore enrichir mon expérience et monter ma boite, je ne me suis jamais autant senti bien que dans l’entrepreneuriat.
        Et crois moi c’est une vrai drogue!!
        D’ailleurs mon jeune site web (un réseau social professionnel) tourne autour de ce thème. 😉

        Pour en revenir a ton erreur, j’applique cette règle: Tout ce qui vaut bonbon et/ou est vital, par Avion! Le reste au bateau. Je respect le rapport valeur/cout de revient de transport. Bon après, dans ton cas c’est peux être différent…
        En chine j’avais appris a suivre la marchandise jusqu’au container et sa montée dans le bateau… 🙂

  8. Trading-Systematique.com 19 novembre 2012 at 13 h 53 min #

    J’ai fait transporter mon matériel de Montréal à Rotterdam en container et je n’avais pas pensé qu’il fallait payer au chargement à Montréal ET au déchargement à Rotterdam. Conclusion, j’ai payé le double de ce que j’avais prévu et ça m’aurait coûté bien moins cher de revendre toutes mes m***** sur place et de prendre le reste en avion !

    Good to know for next time. 🙂

    Lex

    • SLepoutre 19 novembre 2012 at 15 h 28 min #

      Aïe !
      Dans notre cas, on a tout payé d’avance et ils se chargent de tout (en principe).
      Le principal soucis, c’est qu’une fois qu’ils ont le chargement, tu es à leur merci et ils peuvent te faire payer des taxes ou autres frais de douanes sans vraiment se justifier…

  9. Ludovic Bart 30 novembre 2012 at 4 h 59 min #

    j’étais déjà passé te dire un petit bonjour en Avril et tout allait pour le mieux mais bon tu sais chacun fait des erreurs et le plus important c’est d’en tirer bénéfice par la suite en ne faisant plus les mêmes. J’ai 50 ans bientot et crois moi j’ai fait aussi des erreurs , mauvais associe, mauvais produit par exemple. En ce qui te concerne le choix d’un transporteur est très délicat et mieux vaut bien mettre par écrit tous les frais relatifs y compris les frais de douanes.
    Pour une structure fait bien attention à la fiscalité et au social ainsi qu’a l’aspect juridique.
    Bon courage à toi
    Je repasserais
    Ludovic

  10. Thomas 1 février 2013 at 15 h 54 min #

    Je ne sais pas si l’on peut appeler ça une erreur.

    En tout cas, c’est intéressant pour tous les candidats à l’immigration. A titre personnel, je dirais qu’il vaut mieux ne jamais se séparer de son outil de travail. Lorsque je déménage, ce qui arrive très souvent, tous les deux ans environs, je ne laisse le soin à personne de transporter tout ce qui a trait à ma société.

    D’où l’objectif de réussir à virtualiser le plus de choses possibles.

    • SLepoutre 3 février 2013 at 12 h 56 min #

      Le cloud est dans ce sens une vraie bouffée d’air frais !

  11. Florian 16 mai 2014 at 14 h 22 min #

    Effectivement j’ai également opté pour cette pratique. L’écrit, il n’y a que ça.

Leave a Reply