Action et procrastination

Beaucoup de personnes procrastinent lorsqu’ils n’ont qu’une petite chose à faire et attendent le dernier moment. Moi, c’est l’inverse, je ne procrastine que quand j’ai une montagne de trucs à faire pour demain…

Pour les non érudits, voici une définition de la procrastination :

La procrastination (du latin pro et crastinus qui signifie « demain ») est une tendance à remettre systématiquement au lendemain quelques actions (qu’elles soient limitées à un domaine précis de la vie quotidienne ou non). Le « retardataire chronique », appelé procrastinateur, n’arrive pas à se « mettre au travail », surtout lorsque cela ne lui procure pas de satisfaction immédiate.

Je ne sais par pour vous, mais mon cerveau aime que les choses soient faites, pour ne plus y penser. Et au fil du temps, j’ai appris à savoir où se trouve mon niveau de saturation. C’est grosso modo une dizaine de projets / travaux / action importantes qu’il faudrait que je fasse. A ce moment là, le cerveau part en tilt et je ne fais plus que glander, trainer sur internet, faire des trucs inefficaces au possible.

Tiens, je vais faire un exercice qui va peut-être m’aider à y voir plus clair… répertorions tous ces trucs qui me polluent la tête en ce moment, mais qu’il faut que je fasse rapidement :

– Écrire un article sur notre blog familial (c’est fait, à l’instant)

– Écrire un article sur mon blog pro (c’est en cours…)

– Écrire un article sur le blog des fontaines

– Trier, retoucher et mettre en ligne les dernières photos et vidéos de fontaines

– Appeler une compagnie aérienne néerlandaise pour leur demander où sont nos billets d’avion achetés il y a plusieurs jours

– Faire des vues de côté de la fontaine sur laquelle je travaille

– Configurer et mettre en ligne le forum sur mon blog de fontaines

– Installer prestashop et le découvrir en vue de la vente prochaine de mes produits

– Finaliser les 2 produits techniques que je vais vendre (protos qui fonctionnent, c’est déjà ça)

– Trouver un nom à mon entreprise et réserver le nom de domaine / twitter / facebook etc…

– Commencer à bloguer pour cette entreprise (référencement et prise de contacts)

– Finir la vidéo sur mon week end rando dans les Channel Islands

Voilà, j’ai d’autres choses sur ma to do list, mais elles sont passées en priorité minimale… Bien sûr, dans l’emploi du temps, il faut inclure les ballades au parc avec ma fille, les moments où l’on joue / mange / change la couche et le temps réservé à la famille (que ce soit regarder une série le soir avec ma femme ou parler sur skype avec la famille lointaine).

Habituellement, en pareil cas, je préfère m’affranchir des tâches les plus rapides, histoire de nettoyer l’espace neuronal… Mais cette fois-ci, je n’y arrive pas… il y a trop de tâches qui prennent du temps. Mais bon, je me mets aux blogs, c’est un bon début, non ?

Et vous, comment gérez-vous la procrastination ?

photo credit: Lost in Japan, by Miguel Michán via photopin cc

Tags: , ,

5 Responses to “Action et procrastination”

  1. pascale 23 mars 2012 at 10 h 00 min #

    moi, j’ai besoin …pour éviter la procrastination…qu’il y ait une date (heure) butoir e !!! c’est le seul moyen de me faire « activer » efficacement.
    Et quand je m’active .(..souvent trop limite par rapport au « butoir »), c’est du 100 pour 100 à en être « crevée » en fin de journée alors je me permets (et c’est nécessaire) de buller le lendemain sinon, c’est très vite la tendinite ou autres mots en « ite ».
    Parfois aussi, je fais une liste ….ça aide aussi !! et c’est jouissif de « barrer » au fur et à mesure.
    Je vois que c’est ce que tu es en train de faire !!! bisou , bisou

    • Sylvain Lepoutre 23 mars 2012 at 10 h 49 min #

      C’est sûr que quand l’échéance approche, on n’a plus le choix !
      Mais si on peut éviter la nuit blanche, je préfère.

  2. Lili 24 mars 2012 at 2 h 46 min #

    Moi je suis une pro de la procrastination 7eme dan alors je ne peux pas t’aider… En terme psy il paraitrait que les procrastinateurs sont en fait des gens qui sont perfectionnistes et durs avec eux-mêmes, ils procrastineraient pour se donner inconsciemment une excuse à un potentiel échec qui serait inacceptable autrement… Ou juste, on a besoin qu’on nous mette un coup de pied dans le derrière hein !

  3. Christophe 28 mars 2012 at 1 h 43 min #

    Pareil, dur dur la procrastination, surtout quand on bosse pour soi…

    La solution que je m’applique, c’est paradoxalement d’avoir augmenté mon temps de loisir… ça me permet de condenser ma journée de travail, et de m’obliger à être efficace ( pas de mail, twitter, facebook et autre surf aléatoire )

    je me défini des objectifs réalistes par jour, j’évalue le temps qu’il me faut pour les faire, et tout le temps restant, je m’aère 😉 – avec le recul, je me rends compte que j’avance aussi vite qu’avant .

    • SLepoutre 28 mars 2012 at 1 h 52 min #

      Intéressante ta méthode. Le tout est de parvenir à utiliser son temps de loisir sans culpabiliser. En s’aménageant une plage horaire spécialement prévue pour cela peut être.

Leave a Reply