J’aurais voulu l’inventer : le shampoing Fructis

Fructis : tout le monde connaît désormais la petite bouteille verte fluo qui truste les linéaires de shampoings (oui, c’est la nouvelle orthographe… fini le shampooing !) dans nos hypermarchés.
Pourquoi ce produit a-t-il conquis nos salles de bain ? Quelle leçon d’innovation peut-on en tirer ?

Fructis est apparu dans nos rayons il y a plus de dix ans et instantanément ce fut un succès. Deux arguments penchent en sa faveur : l’ingrédient magique que sont les fruits et la couleur de sa bouteille, vert fluo.
Garnier (Groupe L’Oréal) a donc misé sur les fruits pour tenter sa chance au grand bingo des ingrédients magiques pour shampoings. Auparavant, nous avions vu défiler le Karité, le Ylang Ylang, la Vanille de Madagascar ou encore l’Aloe Vera… Des fleurs, des épices, du pastel et de la douceur… la la la !!! Avec Fructis, on a du punch, de l’énergie et des couleurs. Quel changement radical ! Et puis le nom, simple et évocateur est facile à retenir. Les “Obao douceur subtile à la fleur de pétale de rose” n’ont qu’à bien se tenir !
Résultat des courses, un produit qui se vend comme des petits pains alors qu’il est fort probable qu’il ne soit pas le meilleur. Aaaaah Marketing quand tu nous tiens.

La leçon d’innovation du Professeur Poupoutre :

– Pour sortir du lot, prenez le contre courant de tous les autres. Les packaging de shampoing sont tous blancs ou pastels, faites du fluo et coloré ! Ceci est bien évidemment valable sur d’autres critères comme la forme, la matière ou encore le prix. Par exemple, pourquoi ne pas inventer du papier toilette de luxe ? Extra confortable et dans des couleurs chic ? Peut être les nantis ne souhaitent-ils pas avoir un PQ avec des fleurs roses dessus pour leurs réceptions mondaines ? Et à L’élysée, ils ont quoi comme PQ ? Qui veut inventer le PQ à 5€ le rouleau ?
– Dans un secteur où le client accorde plus d’importance à la qualité perçue qu’à la qualité réelle du produit, vous pouvez avoir le meilleur produit et vous planter. Vous pouvez par ailleurs avoir un produit moyen et cartonner car pour des raisons autres (marque reconnue, marketing malin etc…), le client va préférer acheter le vôtre. C’est la raison pour laquelle Coca Cola se vend toujours bien mieux que Pepsi Cola alors que les tests à l’aveugle donnent tous Pepsi comme le meilleur cola.
– Pensez à simplifier l’acte d’achat pour votre client. Beaucoup d’entre nous ne souhaitent pas perdre de temps à chercher un shampoing au supermarché. On repère le vert fluo du Fructis instantanément et il reste un choix facile sur le type de Fructis à prendre et hop, 2 minutes après, on passe à autre chose. Il en va de même pour les sacs poubelle ou pour l’essuie tout. Même hors des supermarchés, vos clients prennent leur décision d’achat à un moment/lieu précis. Faites-en sorte que votre produit bondisse à ses yeux ou au minimum simplifie son choix. Vous avez une pizzeria ambulante ? Ne la faites pas italienne mais Franchouillarde ou essayez de mettre une touche funkie à votre camionnette ! Même sans faire les meilleures pizzas de la ville, il se pourrait bien que votre univers particulier séduise !

Et vous, comment faites-vous pour vous démarquer de vos concurrents ?

Tags: , , ,

2 Responses to “J’aurais voulu l’inventer : le shampoing Fructis”

  1. Pierre 28 octobre 2011 at 7 h 39 min #

    Je retient tout particulièrement “vos clients prennent leur décision d’achat à un moment/lieu précis”, je suis d’accord avec cette phrase car elle s’applique à de nombreux cas de la consommation B2C.
    Il faut sortir du lot et rendre l’expérience agréable pour emporter la mise.

    Merci pour cet article qui me donne à réfléchir.

    Bonne continuation,
    Pierre

    • SLepoutre 28 octobre 2011 at 9 h 22 min #

      Merci pour votre commentaire et bienvenue sur le blog !

Leave a Reply