Jouons aux entrepreneurs – 4

Dis moi à quoi tu joues, je te dirai quel entrepreneur tu seras.

Et si les jeux vidéos étaient révélateurs de nos aspirations les plus cachées ?! Je n’ai réellement considéré l’entrepreneuriat que ces dernières années et pourtant, je joue à des jeux de gestion (et quasiment que ceux-là…) depuis que j’ai 10 ans !

Sim City 2000 avec des centaines d’heures passées à construire les villes les plus folles. Au passage, c’est dingue comme ce jeu est calqué sur Los Angeles… En arrivant ici par avion, je me suis dit « Ooooh, on se croirait dans Sim City ! »

The Settlers II où l’on gère une tribu de colons fraîchement débarqués sur une nouvelle île… On revient aux fondamentaux : des bucherons, une scierie et une carrière pour les pierres… Pour les élevages,  les mines ou les lieux de culte, ça prendre plus de temps… et de ressources.

Theme Park ou commcent allier le côté stressant de la gestion à la détente d’un parc d’attractions.

Anno 1404, aujourd’hui encore (et Caesar il y a quelques années) où la destinée d’un peuple est entre nos mains et il faut trouver un bon équilibre entre satisfaire ses concitoyens, se défendre contre les ennemis et surveiller ses finances.

Un jeu de gestion, si il est bon, permet de monopoliser différentes fonctions du cerveau : gestion de crise, anticipation, gestion des ressources, choix stratégiques, alliances… BINGO ! Pas de doute, ma passion pour la gestion et les indicateurs en tous genres vient de là !

J’ai réellement commencé à songer à la création d’entreprise lorsqu’en école d’ingénieur, nous avons joué à une simulation de gestion d’entreprise (type Stratirac). Par équipes de 4 ou 5, on se voit confier une entreprise virtuelle. Tous nos concurrents (les autres étudiants répartis de la même manière) recoivent la même entreprise, les mêmes parts de marché. Il convient alors, à chaque « round » (2h temps réel = 1 mois temps virtuel) de prendre les bonnes décisions : on fait de la com’ ? par quels moyens ? On privilégie plutôt la qualité du produit ? Quel prix fixe-t-on ? Bas de gamme ou haut de gamme ? Et i on déposait un brevet ? A la fin de chaque round, chaque équipe donne ses avancées à l’organisateur, qui rentre alors les chiffres dans le simulateur. Celui-ci donne donc pour chaque entreprise les nouvelles parts de marché, les profits, la trésorerie disponible etc… et on recommence ! Il faut aussi gérer les conflits avec le personnel, négocier avec les sous-traitants etc… (les animateurs jouent alors ces rôles annexes).
C’est sans hésiter mon meilleur souvenir d’école d’ingé et pourtant il y a eu un paquet de bons moments !!

Et vous ? pensez-vous que l’on puisse se découvrir la fibre entrepreneuriale en jouant ? Est-ce selon vous un bon exercice d’apprentissage ?

Tags: , ,

4 Responses to “Jouons aux entrepreneurs – 4”

  1. Lionel 9 août 2011 at 8 h 55 min #

    Je ne suis pas entrepreneur … mais ce qui est sur c’est que j’ai joue exactement aux même jeux quelques milliers d’heures aussi! Peut être une vocation dort-elle en moi !

  2. Lejeune Pierre-Yves 13 septembre 2011 at 6 h 09 min #

    Bonjour,
    j’ai joué aussi à tous ces jeux que tu cites et j’ai un gout pour la création d’entreprise . Tu as oublié le jeux ultime dans ce domaine, j’ai nommé : capitalism
    aujourd’hui on pourrai rajouter aussi , civilization,tropico

    • SLepoutre 13 septembre 2011 at 8 h 47 min #

      Ah oui… Capitalism. Je me souviens ! Bon, c’était assez réduit niveau entrepreneuriat, mais effectivement, c’était le plus proche comme jeu de gestion.

  3. Johann 30 janvier 2012 at 11 h 31 min #

    Très bon article Sylvain ! Dans l’esprit de mes travaux j’aime beaucoup cet approche des jeux.
    Je me rappelle des longues parties sur les Tycoon, les Caesar et autres classiques de la gestion. Je pense que les jeux développent clairement une fibre entrepreneuriale mais ça depend des gamers, car je connais beaucoup de joueurs qui n’oserai jamais se lancer.

Leave a Reply