Entrepreneuriat à la TV : Requins vs Dragons

Il y a peu de temps, j’ai appris l’existence d’une émission de TV en Angleterre qui met en scène des entrepreneurs et des Business Angels. L’objectif pour l’entrepreneur est de convaincre, avec un pitch original si possible, les BA d’investir dans son entreprise. Cette émission s’appelle Dragon’s Den (l’antre du Dragon) et en est à sa huitième saison déjà. Le concept a été repris dans de multiples pays et la version américaine, intitulée Shark Tank (l’aquarium à Requins) en est à sa deuxième saison.

Parlons un peu des points communs, qui relèvent de la confrontation entre entrepreneurs et investisseurs. Nous évoquerons ensuite les différences notables entre la version Anglaise et la version Américaine.

Fonctionnement de l’émission
L’entrepreneur dispose de quelques minutes pour présenter (dans le milieu, on dit “pitcher”) son projet et expliquer aux BA pourquoi ils doivent investir dans son entreprise. Les BA sont de vrais investisseurs et l’argent qu’ils proposent est le leur. Il s’agit de vrais investissements et donc de vrais enjeux pour les deux parties. Pour ceux qui ne savent pas ce qu’est un BA (Business Angel), il s’agit d’une personne qui possède de l’argent (souvent suite à une réussite entrepreneuriale) et qui souhaite le réinvestir dans des jeunes entreprises. Il apporte par ailleurs souvent son expertise et son réseau, ce qui est parfois plus précieux que l’argent en lui même ! Il prend des risques car si l’entreprise meurt, il ne revoit jamais son argent. En revanche, si l’entreprise réussit, son “placement” lui rapporte en dividendes chaque année et il possède une part du capital de l’entreprise qu’il peut à terme revendre avec une plus-value.
Les entrepreneurs proposent aux dragons ou aux requins des deals du type : “Je demande un investissement de 100 000 £ en échange de 40% de mon entreprise”. Libre ensuite aux BA de renégocier les termes, mais dans tous les cas, l’entrepreneur doit obtenir tout l’argent ou repart sans rien. Enfin, il n’est pas rare que plusieurs BA s’associent pour investir dans un projet et apporter ainsi plus d’argent mais aussi plus d’expertise à l’entrepreneur.

DragonsDen

Ce qu’il ne faut pas faire en tant qu’entrepreneur
Les entrepreneurs qui sont systématiquement refoulés ont souvent une ou plusieurs des caractéristiques suivantes :
– Le produit n’existe pas encore. C’est juste une idée et ils demandent de l’argent pour la développer. Le risque est bien trop important et il n’y a aucune garantie pour le BA de revoir son argent.
– Le produit existe, mais il ne se vend pas. Les entrepreneurs voient leur produit tout en haut de l’affiche et pensent qu’il suffira d’un investissement marketing pour le faire connaitre et le vendre en grand nombre, sans avoir réussi à en vendre par d’autres moyens. Les BA ont besoin d’une preuve émanant du marché qui montre que le produit plait et va se vendre.
– L’entrepreneur ne connait pas ses chiffres ou ne les maîtrise pas. Cela effraie les BA qui pensent alors, à juste titre, que l’entrepreneur n’a pas les qualités de gestionnaire nécessaires pour diriger cette entreprise.

Ce qu’il faut faire en tant qu’entrepreneur
Les projets qui reçoivent très souvent un financement de la part des BA ont les caractéristiques suivantes :
– Le produit existe (même au niveau de prototype fonctionnel) et il y a déjà des commandes (voire des ventes).
– L’entreprise est nouvelle et s’est développée rapidement. Les business qui ont 8 ou 10 ans et qui ne sont toujours pas profitables ne le seront sans doute jamais.
– Le produit est soit destiné à une niche soit il contient une technologie brevetée qui pourra être cédée à une entreprise dominante.
– L’entrepreneur n’a pas dépensé trop d’argent dans le développement du produit. Les BA ont donc le sentiment que cette personne peut créer de grandes choses avec peu d’argent et donc amener un business rentable.
– Un entrepreneur passionné ou avec une forte personnalité a plus de chances de séduire les BA. De même, leur faire essayer le produit peut les convaincre que celui-ci trouvera son marché.

Pour résumer, si vous avez un produit de niche, qui existe et que vous avez déjà des commandes, ce produit est intéressant pour un investisseur. Par ailleurs, si vous êtes passionné, que vous connaissez vos chiffres et votre marché et que vous êtes crédible en tant qu’entrepreneur, vous serez intéressants pour un investisseur. Et si le produit et la personne qui est derrière sont intéressants, il n’y a pas de raison de ne pas trouver le bon BA qui vous aidera. Je pense par ailleurs que ces conseils sont évidemment valables pour les entreprises qui ne cherchent pas à lever des fonds.

SharkTank

Les différences entres UK et US
C’est là que ça devient intéressant.
– Dans la version UK, on constate qu’il y a moins de projets qui sont financés. C’est probablement dû au choix des projets par la production de l’émission, mais pas seulement. On se rend compte que certains projets soutenus pas les Requins américains n’auraient certainement pas trouvé preneur auprès des Dragons britanniques. Le BA américain semble prendre plus souvent des risques. C’est probablement aussi une conséquence du marché visé. Les USA sont un marché bien plus vaste et diversifié que le UK.
– Les BA américains sont bien plus gourmands que les BA anglais. Plutôt que de prendre des parts de 20% ou 30% dans l’entreprise, ils proposent très souvent de prendre 50% ou 51% du business. La prise de contrôle de l’entreprise semble plus en vogue chez les BA américains que chez les anglais qui restent plus dans l’investissement long terme. Ces derniers n’essaient pas de faire un coup, mais plutôt de favoriser le développement de nouvelles entreprises portées par des personnes de talent.
– Les entrepreneurs américains présentent extrêmement bien leur projet. C’est une constante chez les ricains : ils sont tellement forts dans l’art de se vendre qu’ils nous feraient gober n’importe quoi. Hors sujet : je pense que c’est un point majeur de la réussite américaine et qui est (volontairement ou pas) délaissé par beaucoup d’autres pays.

Je vous conseille vivement de regarder ces émissions sur internet. par exemple là :
Dragon’s Den (le plus instructif) : http://youtu.be/X_DE96fh5KQ
Shark Tank (le plus divertissant) : http://youtu.be/hLhyny2GLtk

L’éventualité d’une version française
Je rêverais de voir une telle émission arriver en France. Ne serait-ce que pour mettre en valeur tous ces entrepreneurs et inventeurs, mais aussi pour donner envie aux jeunes Français d’entreprendre. L’entrepreneuriat n’est certainement pas un métier comme un autre, mais il faut dire à tout le monde que c’est une voie professionnelle comme les autres. on peut en parler dès le primaire, le collège ou le lycée. Ce n’est réservé ni à des chanceux, ni à des riches, ni non plus à des rêveurs.
Il semble que l’entrepreneuriat en France soit en phase de conquête du grand public et c’est tant mieux. A quand donc une telle émission en France ? J’espère que notre aversion à parler d’argent en public ne va pas faire peur aux producteurs…
Allez, pour poser les premières pierres, il faut d’abord trouver le nom des animaux que seront les BA français… Voici donc quelques idées d”intitulés pour cette émission :
LA CAGE AUX LIONS
LE REPERE DES HYENES
LA MARE AUX CROCOS

D’autres idées ?

Tags: , , , ,

2 Responses to “Entrepreneuriat à la TV : Requins vs Dragons”

  1. Etienne 1 avril 2012 at 14 h 33 min #

    Je cherchais un avis sur “Shark Tank”, je suis ravi d’avoir trouvé cet article. Pour la version française, il s’agit de “Business Angel” sur France 4, rien à voir avec les gros moyens américains…

Trackbacks/Pingbacks

  1. J'aurais voulu l'inventer : La tong-décapsuleur | Mon entreprise avant la fin de l'année - 4 octobre 2011

    […] en regardant un épisode enflammé de Shark Tank, un type est venu présenter un réveil au bacon (avec des vraies tranches de bacon et un système […]

Leave a Reply